Compteur de visites

Je n’ai jamais été aussi serein sur un Ironman, la préparation était parfaite bien que l’on puisse toujours mettre des heures au compteur mais je ne suis pas pro ;)

Je sais que tout est réuni pour faire une bonne course, mais je sais aussi que cette Ironman est le plus dur du circuit, je le connais par cœur pour l’avoir préparé en stage.

Il est 4h45, le temps de se lever, musique dans les oreilles, juste envie d’entendre le coup de fusil du départ.

Je suis sur la ligne, mais malheureusement avec le business ironman, les AWA devant moi et beaucoup qui ne nagent pas nager vite donc… bastons pour rentrer dans l’eau ;le temps de reprendre une bonne nage et je passe la première bouée. Sortie à L’Australienne je suis très bien, rythme de croisière.

Au deuxième tour je décide donc d’accélérer et de fait, je reviens sur quelques concurrents. Une belle natation finie en 56’ et à 6’ des pros.

Longue transition car dans le sable, je n’ai pas envie d’avoir de blessures et j’ai prévu une bouteille d’eau pour rincer mes pieds.

 

Parti pour le vélo, toujours avec un mental au top. Comme prévu avec mon coach Nicolas d’Harveng (Start today), ce sera une course gérée aux pulses. Parcours dur par le vent, le dénivelé. Tantôt je roule avec Alexandra Tondeur, tantôt avec Jeanne Collonge comme cela avec les 6 premières filles, pas pour me déplaire ;).

Première grosse difficulté, Timanfaya, mais tranquillement passé, je remets les watts car partie très roulante bien que beaucoup de vent.

La Santa, mon porte bidon avec mes affaires de rechange se décroche et bouge dans tous les sens lorsque je me mets en danseuse, pas le temps de m’arrêter ici et rien pour réparer donc je continue, sur l’entre faite Alex part.

Je suis un peu moins bien pour revenir sur Teguise. Je vois la voiture technique je décide de m’arrêter pour enlever le porte bidon car les cols arrivent, cela fait je repars de plus belle.

Voilà le gros du parcours, LES montées pour le Mirador Del Rio, toujours à mon petit rythme, je les passe tous « niquel «  sans me mettre dans le rouge et en me rappelant les bons moment passer en stage deux semaines plus tôt (petit  clin d’œil à mes potes de stage).

Voilà enfin la descente, patate, je mets la grosse plaque, vitesses max 78km/h, j’adore ;)

Ensuite je reviens,… mentalement un peu plus dur car ce n’est pas encore fini, je monte encore et toujours, je tiens bon, la fin des 180 kms est proche !

Je pose le vélo content et motivé en 5h53.

 

 

C’est parti pour le Marathon, je pars vite, je voulais battre mon record, mais il n’en est rien, la réalité du parcours monstrueux et la chaleur m’ont fait vite redescendre de mon nuage bien au frais.

Je vais devoir continuer de gérer comme depuis le début et être fort. 15km en ligne droite, interminable, chaud, long, long, long… Je garde un rythme constant mais je cours, cours,  je m’hydrate, je prends mes gels.

                        18556351 10155269918601250 3324163041542344338 n

Le retour, quoi encore 15km !!! et oui rebelote, après 25km je vomis les gels que j’absorbe, pas cool !!!

Je décide donc de prendre coca et orange, pas assez énergétique mais mieux que rien.

Je suis sur mes 12 derniers kilomètres qui vont vraiment être très dur, je ne sens plus mes jambes mais le mental est plus fort !!!

Pour la petit histoire j’avais regardé le matin dans le parc à vélo la photo de ma fille tout grimé de la fête d’école et elle m’est revenue en tête, et m’a fait tenir jusque cette fameuse ligne d’arrivée.

J’ai couru tout le marathon, certes pas vite mais constant pendant que d’autres craquaient au fur et à mesure des kilomètres.

Une belle et difficile aventure terminée, on dit que l’Ironman de Lanzarote  est dur, je dis qu’il est plus que dure ;) je termine en 11h03, 170/1700partant et 1335 arriver!!!

Merci à Nico, à mes sponsors, à ma famille et mes amis !!!! Sans oublié mon masseur Johan Van Erthbruggen et bike 4 life pour les entretiens vélo.

Prochaine compèt, le complet du Chtriman le 2 juillet!

La nouvelle saison a déjà repris avec les entraînements, les compétitions hivernales qui, eux, aident à garder la motivation et à voir du monde qui est présent pour la même raison que soi : s’amuser en faisant du sport.

Pour mini-résumé des deux premières courses, je dirai que la motivation est au zénith.

 La 1ère course a été le run and bike de Cerfontaine avec mon Cousin Jérôme. Nous terminons les 16kms en étant en pull position du début à la fin.

                                      runandbike   

Ensuite, il y a eu l‘Enfear Duathlon qui s’est organisé à Seneffe, parcours VTT.  En fin de 1ère course à pied, j’occupe la 10ème  place. En vélo, je remonte progressivement pour atteindre la 5ème position. Et en fin de course, me voilà sur la 3ème place du podium. 

                                      duathlon 2

Depuis lors, les heures d’entraînements s’additionnent,  même si la météo n’est pas avec nous, mais bon, pour mon Ironman Lanzarote le 20 mai pas d’autres solutions… Tic tac  tic tac… le temps s’écoule vite !!!

Petit changement pour la saison, ou plutôt une inscription supplémentaire… Et oui, je serai présent au départ du triathlon complet Chtriman le 2 juillet. Seulement un gros mois entre les deux, mais quand on aime on ne compte pas, n’est-ce pas ?

Il va falloir gérer correctement le peu de temps entre les deux, mais on y croit !!!

                           duathlon 3

Encore une saison qui se termine, une saison que je nommerai « la remotivation ».

En 2015, j’ai participé à L’IRONMAN de Vichy et je peux dire que j’ai eu du mal à m’entrainer, du mal à prendre du plaisir. Et sans plaisir dur de se surpasser !!!

   bilzen interv

Alors j’ai pris la décision de faire cette saison 2016  en mode récréatif, courir en famille, entre amis et m’amuser sur toutes les différentes courses, les ¼, les Xterra, contre la montre en équipe, raid, duathlon VTT, Trail, et j’en passe.

Cela m’a beaucoup apporté et la motivation est revenue à 100%

En prime, je me suis qualifié pour les championnats du monde à Rotterdam en 2017.

On passe déjà à la saison 2017, deux gros objectifs :

L’IRONMAN DE LANZAROTE et le championnat du monde distance olympique en passant par Le XL de Geradmer avec le club.

Bon entrainement hivernal à tous.

Jon

clm tri chièvre

                                   vtt 

Le 6 éme Ironman et toujours autant d'émotions, si pas plus!!

L'Ironman de Barcelone entre potes, vraiment magique!!! Le soleil était présent de jeudi à samedi et le matin de la course : le déluge! L'eau sortait des égouts, obligé de mettre sa combi le plus tôt possible pour ne pas avoir froid, des concurrents qui remballaient leurs affaires, les organisateurs qui se demandaient s'ils allaient donner le départ...

Après 30minutes de décalage, le départ est donné!!! Un très mauvais départ, je n'arrive pas à prendre mes marques et je suis dans la masse... Je me déporte tout à droite pour être bien tranquille et j'arrive à retrouver ma nage!! Une natation pas terrible mais je sors encore bien!!! Très bonne transition et en route pour le vélo....

Je pars seul avec une magnifique allure, pas beaucoup de monde sur les routes, les pros sont loin!!! Je fais ma course, je dépasse... demi tour vent de face, toujours une bonne allure mais je vois bien les groupes arriver... je continue et me retourne, un groupe!!! seul contre tous, le calcule est vite fait! Je me retrouve milieu de groupe. Que des machines, 39 de moyenne et des pointes à 45km/h. Vous allez me dire DRAFTINGGGGGG, et bien non un arbitre est resté du début à la fin avec nous, le moindre mètre trop près et il nous sifflait!!! Pas beaucoup de cartons mais il faisait régner l'ordre. On était le premier groupe après les pros donc pas un ploton de 50 coureurs!! Je savais que je ne devais pas lacher ce groupe et que je devais serrer les dents. A part quelques avions de chasse qui nous dépassaient (Antoine Perche;) nous restions à distance des autres!!! Les deux tours se terminent, il ne reste plus que le petit demi tour... Nous avons pris le demi tour et sommes tombés dans un immense groupe, on prend vite les premières places mais bien sûr beaucoup s'intercallent. Impossible de prende ses distances, dès que tu freinais pour te mettre à distance règlementaire, un autre se mettait devant. Un arbite arrive, siffle, je lui fais un geste pour dire que c'est impossible de bouger, elle ne me met pas de carte mais écrit quelques chose, donc je ne fais pas attention!!! Le parcours se termine avec une magnifique moyenne!!

La course à pied démarre, je ne me pose pas de question, je pars sur une très bonne allure on verra bien jusque où cela m'emmènera... après 10km Nico me rattrappe et un peu après le moral ne fait qu'une chute libre : plus de jambes, beaucoup de questions,...!!!! Tous ces sacrifices pour ça???? Je pense à ma fille, à ma femme... je dois me reprendre, à ce moment là mon papa me dit: Allez, mon grand, tu as encore 1h15 pour être en SUP 10h!!! Et là, je repars avec une belle foulée et termine cette Ironman dans la douleur mais fier d'avoir été au-dessus de mes limites pour moi et mes proches en 9h36 : mon record personnel!!!

Nico, m'attendait derrière la ligne! Lui qui à travaillé tellement dur pour devenir un IRONMAN en 9h01 s'il vous plaît!!! Félicitations à lui, encore une belle page de tournée!!!

Et Félicitation à Thierry, qui a aussi été jusqu'au bout et qui est devenu un homme de fer, quel trio;)

 

Ce ne sera que le lendemain que l'on m'apprend que je suis discalifié! Déçu que cela m'arrive à moi alors que j'ai fais attention tout au long de la course, mais voilà je paye pour les autres!!! Et puis, je m'en fou, j'ai battu mon record et je suis fier d'avoir encore montré qu'avec beaucoup de mental on pouvait aller très loin!!!!

 

10644736 10152723499689710 697057873040590617 o

Que dire?!?! En une seule phrase: je suis super content!!!

Après 4 ironmans je passe en dessous des 10heures sur le 5ème, j'en rêvais et j'y suis arrivé. Au fond de moi j'espérai mais sans vraiment y croire car les alléas de la vie font que l'entrainement ne suit pas toujours, mais malgré cela j'y suis arrivé. On peut dire que la gestion de course a fait beaucoup. Bref, je vous explique!!!

Je pars dans la deuxième vague à 7h, merveilleux départ, je suis seul en tête pendant quelques métres donc autant vous dire que ça booste pour la suite. Je prend mon tempo et reste dans le groupe de tête. Du lac, on passe dans un mini canal, je rattrappe le gros de la première vague (il sont partis à 6h45). L'horreur!!! On zig zag, et la nat est fini. 53' comme je me l'avais dis.

Cette année une compète ne va jamais sans une malchance et cette fois ci c'était à la transition. Je veux enlever ma combi et... pas possible... Mon cordon de trifonction s'est prise dans la tirette de ma combi. impossible de la décoincer!!! Je demande au bénévole, le temps qu'il trouve des ciseaux je laisse mon sac de transition dans la tente. Les ciseaux arrivent enfin!!! Je retourne dans la tente et la..... plus de sac!!! Il l'avait embarqué avec les autres. Le stress monte, je sais plus quoi faire!!! 5 bénévoles ont cherchér mon sac avec moi dans le monticule de sacs bleus. Cela me parait une étérnité et là on me l'apporte!! OUUUUUUF, c'est reparti....

Je pars vite en vélo, l'euphorie prend le dessus car je rattrape plein de mec devant, ça roule ça roule, une bosse, deux bosses, trois bosses, les jambes sont bonnes, et la motivation aussi. Je boucle mon premier tour en plus ou moins 2H15-20... C'était marrant, au début du deuxième tour tout le monde sans exception a eu un coup de mou, moins de monde a rattrappé, un peu mal au jambe, moins de public, mais le tempo reste! Je ralentis un peu pour en garder sous le pied car le but ici était de passer un bon marathon!!!

Le vélo fini en 5h01, après un petit arrêt aux toilettes me voilà parti sur le marathon en 4'10, euuuh je fais quoi??? je continue on verra bien;) au fur et à mesure des kilomètres mon allure descend pour arriver à 5'10 comme cela était normalement prévu. Des hauts et des bas sur ce 42,2 kilomêtres mais à aucun moment je n'ai marché sauf au ravito. J'ai bien géré ma douleur et ma concentration m'a beaucoup aider. Le ballon des 10h était juste devant moi, mais je n'arrivais pas à aller le chercher. A ce moment là je me suis dis: prends ton temps le moment viendra!!! Et de fait sur le retour je commence a acceléré et je le passe.

Je n'attend plus qu'une chose, trouver ma petite princesse dans le public pour finir ce moment innoubliable avec elle et lui faire partarger ce moment que seul un IRONMAN peut connaître!!!

Merci à vous tous pour tous vos messages,vos suivis, votre confiance.

Maintenant, un deuxième pour cette année????

 

Les galères continuent mais le mental l'emporte...

La température est annoncée à 32 degrés, moi qui n'aime pas la chaleur, ça s'annonce difficile... Cela me rappelle aussi quelques mauvais souvenirs sur mon premier Ironman à Nice avec 35 degrés sur le marathon. Boire, boire, boire sera donc le mot d'ordre de cette journée!!!!

Natation toujours de bonnes sensations, je sors 20ème devant le deuxième paquet en 37'10 .

Ensuite, un peu pris par l'euphorie, je démarre assez vite en vélo. Très vite, je repense à l'objectif du coach et je revois mon rythme: une dent en plus et c'est parti pour 80 tours/minute. Pour ne pas changer, petit problème mécanique pendant la course: mon prolongateur se déserre et je ne sais plus me mettre correctement sur mon vélo. Impossible de finir cette course si je ne trouve pas une solution car le parcours est très roulant. Par chance, je trouve un cycliste avec ce qu'il faut, je m'arrête, je règle ce petit soucis et c'est reparti mon kiki!!! (je crois que j'ai remercié 10 fois ce cycliste sur la course). S'en suivent quelques moins bonnes sensations mais après avoir mangé, je peux enfin relancer!!! Je finis en 2h21.

Pour finir, on savait tous qu'il fallait bien gérer la CAP car avec cette chaleur, ça ne pardonne pas. Je crois que je l'ai vraiment bien fait. Je n'ai pas tenu le temps du coach mais la température ne le permettait pas. Je la finis en 1h42 ! Temps final: 4h43.

Maintenant, dernière ligne droite pour L'Ironman de Klagenfurt...

Sponsors

logo-TTR
PAMAS


logotrakks